Nous sommes des chiens

de Charles Pennequin

 

 

avec
Charles Pennequin

Cécile Duval

 

 

 

Dossier complet en pdf

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur le fil

 

“Un petit duo de parole, une voix puis une autre qui filent le texte, mais les bouches ne surfilent pas, ne raccommodent pas, elles disent ce qui est écrit et qui porte déjà sa colère ou son rire. Il suffit juste à Cécile Duval et Charles Pennequin de trouver le bon moment pour porter la vie des poèmes à hauteur d’oreille. Juste ça. S’ajuster.“


Charles Pennequin


Deux voix, qui se superposent, se répondent, alternent, avec des moments d’improvisation... Pour mieux précipiter la parole dans le chaos, la dégonder par le tremblement continu, par le séïsme habité de multitudes d’autres petits séïsmes successifs, jusqu’à ce qu’elle vole en éclats, que le monde nous dise plus que ce qu’il veut bien dire. Le texte happe, obsessionnel, circulaire. Les mots asphyxient par la répétition, leur familiarité tonitruante. Mais la ligne est droite, inéluctable : la phrase creuse un chemin vers la clarté, l’évidence.

 

 

Charles Pennequin

 

Charles Pennequin, né le 15 novembre 1965 à Cambrai, est un poète français qui réalise également nombre de dessins et de vidéos.


En novembre 2012, il est le premier récipiendaire du Prix du zorba pour son recueil Pamphlet contre la mort (P.O.L, 2012). À la suite d’un échange
épistolier avec l’auteur de Ceux qui merdRent, Charles Pennequin fait la rencontre de Christian Prigent et des éditions Carte Blanche à partir de
mai 1993. C’est dans cette maison d’édition, dirigée par le peintre Mathias Pérez (qui s’occupe aussi de la revue Fusées), qu’il va publier son premier
livre, Le Père ce matin. Alors qu’il fréquente le poète Christophe Tarkos (mais aussi Vincent Tholomé, entre autres), Pennequin publie son
premier texte important et remarqué, Dedans aux éditions Al Dante.


Charles Pennequin explique que ses premières lectures étaient précipitées, du fait de la tension qu’il ressentait face au public, de la peur de lire.
Cette rapidité, cette manière de précipiter le dire sont cependant devenues peu à peu l’un de ses traits caractéristiques. Toutefois si, pendant
longtemps, il a seulement lu ses textes, depuis 2004 il commence à travailler l’improvisation à partir de l’usage de dictaphones, sur lesquels il
s’enregistre en direct, puis qu’il rediffuse. La question de l’improvisation n’est pas d’abord formelle chez lui mais correspond à la question même du
langage, à sa donation, à son enchaînement.

 

Nous sommes des chiens - Charles Pennequin / Cécile Duval
00:0000:00