En attendant Godot

de Samuel Beckett

 

 

Mise en scène
Cécile Duval


avec
Facundo Falabella
Romuald Duval
Diego Stirman
Bruno Jouhet
Noé Jouhet-Duval


Décors
Raul Cortes Castaneda

 

 

 

 

 

Dossier complet en pdf

Dossier complet en pdf (version espagnole)

 

 

 

 

En attendant Godot : n'importe où, n'importe quand

 

Sans doute la pièce la plus célèbre de Beckett, la première écrite directement en Français entre octobre 1948 et janvier 1949 .


“J’ai commencé d’écrire Godot pour me détendre, pour fuir l’horrible prose que j’écrivais à l’époque”. Et en effet, le dramaturge choisit ici le plus grand dépouillement... C’est à dire un non-lieu (“Route de campagne avec arbre”) dans lequel il plante quatre personnages eux-mêmes sans attache ou contours apparents, qui attendent Godot, être absolument indéfini qui ne viendra jamais.


Donc, Beckett nous parle d’une attente, des questions qu’elle suscite : que faire ? est-ce le bon jour, le bon endroit ?, est-il déjà passé ? De l’attente et de rien d’autre... Il ne reste que le texte, les acteurs et le plateau. Des phrases parlées, très courtes, qui ne disent que ce qu’elles disent, qui continuent aussi à dire le rien de la parole, à dire le silence. Et l’espace vertigineux du vide  comme un hommage au théâtre..

 

 

Jouer au bord du vide, ici et maintenant...

 

“Cette pièce ne parle de rien, de ce que l’on ne fait pas, parce qu’on fait en général pour bien masquer le rien, mais l’on ne fait jamais à partir de ce rien. Et la pièce le fait, elle parle du rien et à partir du rien laisse venir ce que l’on ne fait jamais, partir de rien c’est ce qu’il reste à faire quand il n’y a plus rien à faire.”


Bruno Jouhet

 


Ni humaniste, ni psychologique, voire anti-narrative, la pièce doit demeurer dans cette ouverture fondamentale qui fait sens plus que tout autre interprétation. Elle invite à un travail de mise en jeu, de mise en voix, plus qu’à tout autre considération scénique. Beckett voulait que ses rares didascalies soit strictement respectées, sans rien y ajouter.

Pour Cécile Duval “ça se passe en même temps que ça se parle”. En attendant Godot nous parle “d’être là”, du moment précis que vivent les acteurs et le public alors que se joue la pièce. C’est le langage qui contient lui-même sa propre dynamique et inscrit tout. Le langage est action, et le silence est aussi langage.


Dans ce dépouillement, l’arbre, le rocher, les corps, les mots naissent du vide. Les acteurs sont dans un danger permanent, dans l’intensité du présent, dans la vie elle-même. Les personnages apparaissent en simplicité, à la fois drôles, touchants, égarés et, pour être, une nécessaire inconscience pleine de légèreté.

 

 

Samuel Beckett

 

Ecrivain, poète et dramaturge irlandais, il s’exprime en langue française et anglaise. S’il est l’auteur de romans, tels que Molloy, Malone meurt et L’Innommable et de textes brefs en prose, son nom reste surtout associé au théâtre.


C’est en langue française que Samuel Beckett écrit ses oeuvres les plus connues. En quinze ans, trois pièces de théâtre connaissent un grand succès : En attendant Godot (1948-1949), Fin de partie (1955-1957) et Oh les beaux jours (1960). Elles sont souvent considérées comme représentatives du « théâtre de l’absurde », terme rejeté par Beckett - qui ne souhaitait pas être assimilé aux existentialistes - et sujet à débat. Ces pièces traitent du désespoir et de la volonté d’y survivre, tout en étant confronté à un monde incompréhensible.


Dans un style de plus en plus concis, austère, minimaliste, il mêle humour et pessimisme sur la condition humaine dans une entreprise de dérision. Au final, l’oeuvre est un témoignage sur la fin d’un monde, y compris celui de l’art, dont il marque un tournant essentiel.