Alain Astruc, homme de théâtre

Acteur, metteur en scène, dramaturge, enseignant à l'université, éternel chercheur de la scène, Alain Astruc a joué et mis en scène de nombreux auteurs dont il se sentait proche tels que Duras, Genet, Beckett, Molière…

 

En 1970 il devient professeur d'art dramatique à Paris VIII Vincennes (il y restera jusqu'en 1989). Son enseignement et sa recherche sur le jeu du comédien libéré des contraintes de la répétition et de la représentation ont marqué des centaines d'étudiants.

 

A partir de 1982 il travaille l'écriture de façon intense. Une centaine de pièces seront écrites en l'espace de 21 ans. Elles évoquent la vie, la difficulté d'être et de se parler, les rapports de pouvoir...  Une écriture orale, une grande légèreté où rien n'est imposé aux spectateurs, où tout reste ouvert.

 

Acteur très libre, en perpétuel mouvement, il dansait littéralement sur scène, explorant la matière sonore dans l'espace. La voix, le verbe, se font musique et deviennent à la fois espace et présence. Tout le jeu de l'acteur est porté par le rythme et le son.

L'un de ses morceaux de bravoure fut L'école des femmes de Molière, pièce dans laquelle il jouât seul tous les personnages. Bel exemple de sa conception du théâtre, où l'écriture est ce qui conduit tout, où il faut jouer "l'écriture non le personnage".

Dans sa vision théâtrâle, il faut se laisser conduire par l'écriture, qui est parole. Les personnages apparaissent alors d'eux-mêmes.

 

Il répondait ainsi à tout ce qui pouvait lui parvenir de l'extérieur. Notamment, chaque bruissement du public était intégré à son jeu.

Le public fait le théâtre avec le comédien. Le comédien n'est pas là pour montrer au public, mais pour le faire parler :

 

 

 

 

 

"Moi, quand je joue, je n'ai qu'un sentiment, c'est celui de faire parler le public, celui d'être transparent, et de ce fait, d'engager avec le public des rapports de rire, des rapports quels qu'ils soient, mais aussi des rapports de parole."

 

Alain Astruc (extrait de Or, hors, oreille)

 

 

“J’ai une vision du théâtre où le public est la partie véritablement agissante et ça détruit l’ordre des pouvoirs.”

 

Alain Astruc